Vingt ans après, encore des murs

mur-palestine-rene-backmannBerlin et l’Europe entière fêtaient lundi le vingtième anniversaire de la chute du « Mur de la honte ». Le 9 octobre 1989, lors d’une conférence de presse, Günter Schabowski déclarait que la politique de restriction de la circulation entre la RDA et la RFA a changé. De manière spontanée, ce sont alors plusieurs milliers de Berlinois de l’Est qui sont descendus dans les rues et ont marché vers le mur. Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989, le Mur de Berlin tombait sous la pression populaire après plus de 28 ans d’existence. La leçon n’a pourtant pas été retenue de l’histoire, et aujourd’hui nombreux sont les murs, réel ou virtuels qui résistent et séparent les peuples.

René Backmann étudie un de ces murs, lui aussi honteux, dans son livre « Un mur en Palestine*». Le rédacteur en chef du Nouvel Observateur base ses propos sur des nombreuses années d’expérience à traiter de la région pour l’hebdomadaire, mais aussi sur un travail d’enquête fouillé et impartial.

Son impartialité se manifeste par exemple par sa prise de position quant à la dénomination du mur de Cisjordanie, appelé par les Israéliens « barrière de sécurité », il représente pour les Palestiniens un « mur d’annexion ». René Backmann choisit donc de l’appeler mur quand il s’agit d’un mur, barrière quand il prend la forme d’une barrière (p. 12). Le journaliste interroge également des protagonistes des deux côtés du mur, de la famille palestinienne coupée de ses terres agricoles (p. 116) au colonel Dany Tirza, le dessinateur du tracé du mur (p. 36-37).

Ce dernier a proposé en octobre 2003 une barrière de séparation de quelque 730 kilomètres. René Backmann fait remarquer que « la longueur de la barrière est plus de deux fois supérieure à celle de la Ligne Verte (315 kilomètres). Comment s’expliquent ces interminables méandres ? Pourquoi la barrière, qui ne suit la Ligne Verte que sur 20% de son parcours, s’en écarte-t-elle parfois de plus de 5 kilomètres ? ».

Au fil des situations décrites, la justification de sécurité prônée par les autorités israéliennes laisse place à des calculs d’annexion israéliens, des drames du côté palestinien. Loin de promouvoir un climat de calme et de paix entre les deux peuples, le mur attise les haines, renforce les frustrations, et éloigne cet Autre que l’on connait de moins en moins.

carte_Cisjordanie_ONU.2007Le livre de René Backmann raconte comment le maire et fondateur d’Ariel (colonie située dans le Nord de la Cisjordanie, comptant plus de 16000 habitants en 2007 selon B’tselem), Ron Nachman s’est débrouillé pour que la colonie soit située « Du bon côté de la barrière » (titre du Chap. 12), mais aussi comment à cause du mur, certains villages Israéliens et Palestiniens entretenant de bons rapports, ont été pris par la spirale de haine et de violence qui entraîne les deux peuples (Chap. 6 Les Montoneros du Kibboutz).

L’Histoire ne nous aurait-elle rien enseigné avec Berlin (voir l’édito de Medea du 6 novembre dernier « Berlin: une leçon d’histoire ») ? Devra-t-on encore attendre 21 ans avant de voir s’abattre le mur qui sépare les Palestiniens des Israéliens, mais aussi les Palestiniens des Palestiniens ? La sécurité est une chose, la paix en est une autre, et la meilleure sécurité est certainement la paix.

Très fouillé, mais également un peu dispersé, « Un mur en Palestine » est destiné à un public déjà averti sur la situation au Proche-Orient. Il donne une multitude de situations, d’exemples qui illustrent ce que le mur représente pour les populations qu’il sépare. On en sort à la fois informé, mais aussi un peu étourdi tellement les informations sont nombreuses. Le style de l’écriture rend néanmoins cet ouvrage agréable à lire.(NJO)

*BACKMANN (René), Un mur en Palestine, 2e éd. revue et augmentée, Paris, Gallimard, 2009, 330 p.

~ par natjanne sur 11 novembre 2009.

2 Réponses to “Vingt ans après, encore des murs”

  1. Et pour les lecteurs hispanophones qui se seraient aventurés dans le souk de l’actu, un dossier du site de la BBC Mundo propose un « panorama » des murs contemporains (avec des témoignages vidéos en anglais) : http://www.bbc.co.uk/mundo/internacional/2009/10/091030_muros_primera.shtml

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :