Incompréhension

Mais que se passe-t-il entre l’Algérie et l’Egypte ? Pourquoi les passions se sont-elles tellement déchainées autour d’un match de football ? Les équipes égyptienne et algérienne se rencontraient en effet la semaine passée pour un match de qualification pour la prochaine Coupe du Monde qui aura lieu en 2010 en Afrique du Sud. Ces deux nations sont certes des supporters fiers, mais cela n’explique pas les tensions et les violences qui ont entouré le match et agitent encore aujourd’hui les médias des deux pays.

Un match aller a eu lieu le samedi 14 novembre au Caire, et s’est soldé d’une victoire égyptienne ainsi que d’un déchaînement de violences entre les supporters des deux camps. Mais les affrontements avaient débuté sur la toile quelques semaine avant comme en témoignent les informations diffusées par France 24 avant le match. Intitulé « Le match de football Algérie-Egypte fait ressurgir de vieilles querelles », l’article passe en revue les griefs réciproques des deux équipes, passant d’une critique de l’accent français des Algériens à la défaite des Egyptiens en 1967,  passant par le rôle joué par les Egyptiens dans l’indépendance algérienne.

Selon les observateurs de France 24, les hostilités ont été ouvertes par le présentateur télé Amr Adib. Sur une vidéo diffusée par le site de la chaine d’information, on peut en effet voir l’intéressé déverser une virulente diatribe contre les Algériens, sortant également du cadre footballistique.

« J’aimerais que les Algériens perdent le match, pour briser cette arrogance, cette prétention algérienne. J’en ai assez de leurs provocations, de leur démonstration de force. Autant je veux que les Egyptiens gagnent, autant je désire que les Algériens perdent. Parce que toute cette démonstration de force… Pourquoi les Algériens détestent-ils les Egyptiens ? Je voudrais comprendre pourquoi ils détestent tant l’Egypte ? Ont-ils oublié que nous avons déjà accédé à un Mondial en les battant ? Et que nous pourrions faire la même chose aujourd’hui, qui sait ? ».

Les propos du commentateur égyptien ont déchaîné les messages de haines réciproques sur la toile. Si bien qu’arrivé au Caire le jeudi 12 novembre dernier, le bus des Fennecs (nom de l’équipe nationale algérienne) se fait lyncher par les supporters égyptiens, allant jusqu’à blesser certains joueurs.

Comme l’avait prévu Amr Adib quelques jours auparavant, les Egyptiens ont battu les Algériens 2 :0 lors du match aller au Caire. La liesse égyptienne qui a suivi n’a fait qu’exacerber les tensions entre les deux populations, ayant pour conséquences des violences entre Algériens et Egyptiens au Caire et à Alger. Au vu des risques que comportait le match retour, le Soudan a offert d’accueillir la rencontre retour afin qu’elle prenne place en terrain neutre. Le 18 novembre, en battant l’Egypte 1 :0 les Algériens se sont qualifiés pour la Coupe du Monde, ce qui n’était pas arrivé depuis 1986. L’exploit des Algériens n’a néanmoins pas effacé les « événements » qui ont entourés les deux rencontres.

En Algérie, El Watan raconte d’une part « le calvaire » des dizaines d’étudiants algériens résidant au Caire, qui de peur, sont rentrés en urgence au pays, d’autre part, le départ définitif de 150 ouvriers égyptiens ayant pris peur du climat de violence croissante contre leur communauté en Algérie.

En Egypte, El Masry El Youm revient sur les racines historiques de la querelle entre Egyptiens et Algériens. Selon le quotidien d’opposition égyptien, ces racines sont profondes et se situent dans les perceptions erronées des rôles algériens et égyptiens respectifs dans les mouvements d’indépendance (Algeria and Egypt: A tale of two histories).

En revenant sur ces faits et réactions, le but de cet article n’est pas de fustiger l’un ou l’autre camp, mais bien de souligner la bêtise de la situation. L’Egypte et l’Algérie sont deux grandes nations qui dans de tels événements ne font que ternir leur image.

D’une part, il est honteux de se servir du sport pour véhiculer des messages de haine. Les compétitions comme la Coupe du Monde ont un objectif totalement inverse. Le football peut certes constituer une manière de faire la guerre, mais « par d’autres moyens » !

D’autre part, ces violences arrangent avant tout les régimes égyptien et algérien. De plus en plus critiqués pour leurs lacunes en terme de démocratie (voir article sur Reconstruction d’une opposition en Egypte), ils accueillent voire favorisent ce genre de diversion. Cet avis est partagé par un bloggeur égyptien, Ismail Alexandrani, cité par France 24 qui affirme que « le plus grand bénéficiaire de cette escalade médiatique est certainement le régime égyptien, qui se réjouit de voir le peuple se concentrer sur des questions secondaires ». La chaine d’information française fait en outre remarquer qu’Amr Adib, celui qui a jeté de l’huile sur le feu, est un journaliste évoluant dans les sphères du pouvoir.

Il reste maintenant à espérer que les vrais problèmes politiques retrouveront la priorité sur les hostilités qui agitent les deux peuples. Le monde arabe est déjà en proie à assez de divisions pour que l’on en crée d’autres qui sont, de plus, ridicules et infondées.(NJO)

~ par natjanne sur 25 novembre 2009.

Une Réponse to “Incompréhension”

  1. On dirait que les dirigeants égyptiens et alégriens connaissent leurs classiques🙂

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Cent_Heures
    http://www.monde-diplomatique.fr/2003/08/A/10254

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :