Un Etat palestinien sans attendre

« On peut envisager la proclamation rapide d’un Etat palestinien et sa reconnaissance immédiate par la communauté internationale, avant même la négociation sur les frontières » a déclaré le Ministre français des Affaires Etrangères dans le Journal du Dimanche le 19 février passé, rajoutant « Je serais tenté par cela. Des pays européens. Je ne suis pas sûr d’être suivi, ni même d’avoir raison ».  (Kouchner: « Vite, un Etat palestinien », Journal du Dimanche, 19/2/2010). Trois jours plus tard, Bernard Kouchner réitère cette proposition à l’occasion d’une tribune commune avec le Ministre des Affaires Etrangères espagnoles et ancien envoyé de l’Europe au Moyen-Orient : « l’Europe, comme elle s’y est déjà engagée, reconnaîtrait collectivement l’Etat palestinien pour que la Palestine devienne enfin un membre à part entière de la communauté des nations » (A quand l’Etat palestinien ?, Le Monde, 23/2/2010).

Un coup de sang ou une parole réfléchie de la part de Kouchner ? La question reste en suspens. Reste que le Minstre n’a pas été suivi par Nicolas Sarkozy qui, s’il a assuré le soutien de la France à Mahmoud Abbas en visite à Paris, n’a pas repris à son compte la désormais fameuse déclaration. Le Premier Ministre François Fillon avait quant à lui déjà corrigé les propos de Kouchner en réaffirmant que « [Le] but [de la France] est la création d’un Etat palestinien viable, indépendant, démocratique, vivant en paix aux côtés d’Israël dans des frontières sûres et reconnues sur la base des décisions du Conseil de sécurité des Nations unies » (Fillon recadre Kouchner sur le dossier palestinien, Le Monde, 21/2/2010).

Mais l’idée n’est pourtant pas si mauvaise et continue de provoquer réactions et commentaires.

Dans le NY Times, Jerome M. Segal souligne les conséquences positives possibles d’une telle reconnaissance par l’Union Européenne. Elle peut premièrement relancer un équilibre dans les négociations qui se dérouleraient désormais d’Etat à Etat. Deuxièmement, les progrès en matière de sécurité par les forces palestiniennes, d’une haute importance pour Israël, sont aujourd’hui empêchés par les accusations de collaborations de ces forces avec « la police de l’occupation », ce qui s’améliorerait dans le cas de forces de police nationales. Troisièmement, le Hamas perdra du poids face à un Etat palestinien, si néanmoins la communauté internationale accepte les résultats démocratiques des élections qui y sont tenues. L’accès au statut d’Etat reconnu pourrait au final débloquer une série de situations et faire aboutir positivement des négociations. Pour cela, la déclaration de Kouchner est, selon Jerome M. Segal, une « idée très constructive » (Declare a Palestinian State, NY Times, 23/2/2010).

Le blog « Guerre ou paix » du Monde souligne quant à lui que l’idée n’est pas si novatrice qu’elle n’y parait. Il y a huit ans, la Feuille de Route du Quartet le proposait déjà : « Convoquée par le Quartet en consultation avec les parties et immédiatement après la tenue des élections palestiniennes dans des conditions satisfaisantes, elle a pour objet de soutenir la relance économique palestinienne et de lancer un processus qui conduira à la création d’un État palestinien indépendant doté de frontières provisoires ». Le blog souligne d’une part que le fait qu’on propose cette solution comme nouvelle et osée, et d’autre part que les dirigeants israéliens s’en offusquent « en dit long sur sa pertinence et sur la confusion qui entoure le processus de paix ». Le blog souligne d’une part que le fait qu’on propose cette solution comme nouvelle et osée, et d’autre part que les dirigeants israéliens s’en offusquent « en dit long sur sa pertinence et sur la confusion qui entoure le processus de paix » (Quand Bernard Kouchner réinvente la « feuille de route », Blog « guerre ou paix » du Monde, 22 février 2010).

Bref, bonne, mauvaise ou fausse idée, la proposition de Kouchner a néanmoins réussi à susciter des réactions et montre que le processus de paix ne peut reprendre dans les conditions actuelles. Les données doivent changer pour parvenir à une paix stable et durable. La reconnaissance de l’Etat palestinien par l’Union Européenne constitue une solution, depuis longtemps sur la table certes, mais rapidement applicable.(NJO)

~ par natjanne sur 2 mars 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :