Négociations contraintes

Washington l’a annoncé vendredi passé : les négociations directes entre Israéliens et Palestiniens reprendront le 2 septembre. Cette nouvelle a été accueillie comme une victoire par les Américains et les Israéliens. Mais qu’en pensent les Palestiniens ?

Mahmoud Abbas exigeait comme condition préalable aux négociations un arrêt total de la colonisation en Cisjordanie. Le gouvernement israélien a de son côté poussé à une reprise des négociations sans préconditions. Les pressions continues de l’administration américaine et des autres membres du Quartet semblent finalement avoir eu raison de la détermination palestinienne.

Les réactions palestiniennes sont unanimement négatives. Inutiles car impossibles, les négociations peuvent selon eux au mieux mener à un statu quo.

Sur le site d’information Bitter Lemons, Ghassan Khatib souligne l’inutilité de ces négociations si sur le terrain la colonisation continue (Negotiations lack of clear term of reference), tandis que  Joharah Baker compare Mahmoud Abbas à Sisyphe. Selon ce dernier, Netanyahou a pour sa part obtenu ce qu’il voulait : il ne pourra plus être accusé de ne pas vouloir la paix, alors qu’il n’a fait aucunes concessions sur le plan de la colonisation (Not just difficult, impossible).

Obama est accusé d’utiliser ces négociations pour redorer sa cote de popularité aux Etats-Unis. Selon Joharah Baker, la seule explication crédible du revirement de Mahmoud Abbas est liée aux fonds américains que l’Autorité Palestinienne ne peut se permettre de perdre. Dans le Palestine Chronicle, James Gundun accuse le Président Obama d’exploiter la faiblesse du Président de l’AP (Obama Exploits US Strength, Abbas’s Weakness).

Face aux réactions négatives, le chef négociateur palestinien Saeb Erekat a écrit une lettre au Quartet menaçant de quitter la table de négociations si le moratoire sur la colonisation n’était pas prolongé. Le 26 septembre, le moratoire de dix mois imposé par le gouvernement Netanyahou viendra en effet à échéance. Or la coalition d’extrême droite de Netanyahou n’acceptera jamais un nouvel arrêt de la colonisation. La situation est donc à nouveau bloquée. Mais les Etats-Unis s’entêtent à rassembler les deux camps le 2 septembre prochain à Washington.

Rien ne ressemble moins à une bonne base pour des négociations que la situation présente. Comme le souligne un édito du Monde, Benjamin Netanyahou en fera ce qu’il voudra vu la faiblesse de Mahmoud Abbas (La responsabilité de Benyamin Nétanyahou). Mais Mahmoud Abbas n’est pas le peuple palestinien, et ce dernier ne se laissera pas imposer un accord de paix inique. Dans ces conditions, il semble difficile de percevoir ce qui pourrait sortir de bon de ces négociations.(NJO)

~ par natjanne sur 25 août 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :